dimanche 6 novembre 2016

6/11/2016 Buenos Aires

De « Ce lieu qui m’importe » avec le cimetière de La Celle les Bordes au cimetière de La Recoleta à Buenos Aires balades à travers l’art qui vénère la mort. Chaleur dense, lumière poétique, ocre, celle d’Alfonsina Storni, pour un premier impacte de la ville qui délecte. Sans compter le Tango partout et surtout celui de rue, le plus émouvant!


Desde el libro  « Ce lieu qui m’importe » con el cementerio de La Celle les Bordes como protagonista hasta el cementerio de La Recoleta en Buenos Aires paseos a través del arte que venera a la muerte. Calor denso, luz poética, ocre, la de Alfonsina Storni, primer impacto de la cuidad, maravilloso.Tango por doquier, el de la calle el mas emocionante.




Aucun commentaire: